Spread the love
Des news du montage ! 
Vous êtes beaucoup à me demander où j’en suis sur le film, voici une note qui devrait vous faire patienter ! 
     Juin 2015, au lendemain du crowdfunding, je me pose la question qu’on m’a souvent posé : Comment s’attaquer à un dérushage aussi monstrueux que celui de Diesel  (15 ans de rushs) ? C’est quand même un sacré bordel (3 terra d’images en stock) !
     Il faut dire que pendant des années Diesel était une idée, même si j’accompagnais des groupes en tournée pour les filmer comme The Pookies, ISP, Sons of Buddah ou Uncommonmenfrommars, il y avait toujours cette idée de faire un film sur la vie de ces groupes constamment sur la route et en marge du système « des groupes qui passent à la TV ».   Je n’avais pas réfléchi à l’époque un vrai scénario proprement parlé, mais juste l’envie de filmer ça ! 
Le temps passe, les concerts s’enchainent et les rushs aussi ! 
     Quelques semaines avant  la période du crowdfunding je commence à numériser toutes mes rushs mini DV, la première k7 du projet DIESEL date de mai 2003

Une photo publiée par @diesel_lefilm le

Une photo publiée par @diesel_lefilm le

     Mais mes premières interviews ont été filmées seulement en 2006. À l’origine le projet devait être un film dans le genre de la série de documentaire STRIP TEASE à savoir sans commentaire sans interview – En grosse feignasse et discret que je suis c’est plus simple pour moi ! –

     En 2004 je partais avec les unco pour réaliser le DVD «  live on earth » à l’époque le groupe était chez Wagram, et cette idée de film documentaire sans commentaire, sans interviews à finit par se faire : Un documentaire de 1h18 en bonus sur le DVD. C’est plus un zapping de sketches, moments de vie ou live qu’un vrai film sur le punk-rock en France. Ici le film se focalise sur les uncos et leur équipe, alors que Diesel se focalisera sur la scène punk rock française elle même.

 (Extrait du documentaire – Live on Earth)
     Le film sur les Uncos est très marrant, mais ce n’est pas ça que je veux pour Diesel. J’arrive à la conclusion que pour faire comprendre au spectateur ce qu’est le punk-rock et celui des groupes que je côtoies depuis plus de 10 ans, recueillir leur propos seraient la meilleure solution (Putain ça rajoute du taf ça!) . C’est pour cette raison que les interviews ont commencés en 2006. Entre 2003 et 2006, je cumulais déjà une cinquantaine d’heures. 
     Mon projet mûrit, mes questions s’affinent, je commence à réfléchir et à écrire Diesel en vue de le proposer façon dossier (note d’intentions, scénario…) Je rencontre des gens, des réalisateurs, des prods, rien de bien officiel, mais je commence à en parler en dehors des groupes. On me donne des conseils, comment ça marche, comment on galère…
Les années passent (encore)
     C’est en travaillant étroitement avec l’équipe de Citron Bien sur des projets de films pour entreprises, clips, epk, dessins animés que je parle mon projet de documentaire à Pierre Dron producteur (Quoi ?! Je ne t’en avais jamais parlé ???) qui se montre très enthousiaste sur le film, lui même ancien manager de groupes, ça lui parle. 
     Diesel n’est plus un projet de David, mais un film en développement chez Citron Bien Cinéma. On s’essaye aux demandes de subventions classiques : retour à la case scénario, écriture,  dossier
fichier_000
     Je repense mon film, j’approfondis le sujet, ça prend du temps, mais c’est mieux pour le film, je ne suis plus tout seul, je suis soutenu  et… On collectionne les lettres type de refus.
     En 2013, la malheureuse surprise : les unco annoncent une pause indéterminée ! Ben merde alors ! Je pense au groupe, je pense à Diesel et je réalise qu’au fond de ma tête je pensais que j’aurais toute ma vie au coté des unco pour faire Diesel – Electro choc –  le film doit se faire ! Plus tard dans la semaine, le téléphone sonne, Sid (manager des uncos) – appel manqué – ensuite le téléphone re-sonne : Big Jim (bassiste unco) –  Ok il se passe quelque chose.
     Ils m’annoncent qu’ils on une tournée ultime (Ce n’est qu’un au revoir tour) où ils partagent l’affiche avec tous les groupes qu’on écoute depuis des années, Alkaline Trio, Teenage Bootle Rocket, Nofx, The Flatliners, Face To Face, Bad Religion…. – La tournée improbable – et ils veulent que je sois là dans le camion avec eux pour filmer ça ! « tu étais là au début, viens à la fin » Une proposition comme ça, ça ne se refuse pas du tout. « Ok je viens, mais je filme aussi pour terminer DIESEL , tu sais mon projet de film, blablabla le même qu’il y a 10 ans » Et c’est parti pour 10 jours en fullHD dans le camion ! 
 UMFM @ FreakShow (Gigors)
UMFM à Gigors, ultime concert du groupe
 
ici le clip Guess What, tourné et monté pendant la tournée.
     En 2014 en recevant une lettre de refus du CNC de soutenir (financièrement) Diesel, chez Citron Bien on se dit basta ! On va le faire nous même ce film ! À la punk, à la DIY  ! Ce film doit se faire, il se fera hors des circuits classiques. On lance alors une campagne de financement participatif afin d’être aidé directement par le public ! Là c’est chaud, car ce projet presque intimiste va se dévoiler au grand jour ! (je suis un peu comme le personnage de Marty Mc Fly de Retour vers le futur, vous vous souvenez, le moment où Marty n’ose pas faire écouter sa musique de peur qu’on puisse la trouver nulle) Ben moi c’est pareil : Et si les gens s’en moquent de ce film ? Et si personne ne partage le lien ? Et si on arrive pas à la financer ? Et si et si et si ? (arggg mega syncope).
Premier clic, lancement de la campagne ulule…
   
     Mai 2015, on balance tout ça au grand jour et… TaDa… Ça cartonne, véritable succès (425 contributeurs, 14625 euros collectés) ! Je reçois encore aujourd’hui des mails de soutien… le film est attendu et pas que par moi ! Tant mieux – ça nous motive. Diesel sera un long-métrage documentaire et pas un 52 minutes.
e0f2cd7bbf6d3aeb3732cc306bd5c6
allez voir la page ulule 
      Je me mets à fond dans le film, je re-écris encore le scénario. Je regarde toutes mes interviews filmées, regroupe les thématiques, les points communs et je regroupe tout ça avec mon scénario. Est-ce qu’il me manque des thèmes ? des gens ? des groupes ?  Diesel est devenu publique et les opportunités d’interviewer ou de re-interviewer d’autres groupes se font de plus en plus. 15 interviews plus tard, j’ai tout ce qu’il me faut ! Je termine le tournage avec Bad Religion le 4 juillet 2016. Il y aura peut-être des re-take comme sur les blockbusters, mais on en est pas encore là avant de filmer quoi que ce soit !  
     J’attaque le tri des interviews… Pour vous donner un exemple la thématique du « D.I.Y (Do It Yourself) » fait 1h30 à elle seule (tsss ! L’équivalent de la durée du film) et j’ai une vingtaine de thèmes comme celui-là à développer dans le film !!!
Imaginez le temps que ça prend ! 
dieselint
Till de Guerilla Poubelle, Laura Jane Grace de Against me! interviewée par Forest et Kepi des Groovie Goolies
     
     Il s’est passé un An depuis la campagne de crowdfunding sur Ulule, et j’ai pu continuer à tourner des images sur Diesel, mais pas que des interviews, j’ai pu filmer plus de concerts, plus de groupes, comme les 10ans du label Kicking Records à Nimes (Report du kicking fest 2016), les 20 ans des Flying Donuts ou le concert de Bad Religion… Je suis également intervenu dans un atelier « work in progress » pour parler de Diesel dans un festival (voir ou revoir l’article consacré) de documentaire.

flyingLes Flying accompagnés de Cu, maître de cérémonie et Gui de Champi, leur ami de longue date ! 

     En travaillant sur mes interviews et mon scenario, je voyais qu’il me manquait des points de vue autre que ceux de notre microcosme punk DIY, j’ai pu élargir le propos avec le sociologue Fabien Hein qui à écrit de nombreux ouvrages sur la musique (dont un sur le punk DIY, et sur les Flying), j’ai pu interviewer un attaché de presse de chez PIAS, Mathieu Pinaud ancien road manager de Kaneda (Orléans), il a fait tomber pas mal de préjugés sur le monde des maisons de disques. J’ai également interviewé Stéphane Saunier, 20 ans chez canal+ (Programmation musicale de Nul Par ailleurs et l’album de la semaine), qui comme Mathieu Pinaud a un franc parler, loin des discours promo du show biz. Évidemment de toutes ces interviews fleuves je serais obligé de garder l’essentiel ou de synthétiser par la voix off
diesel-int2
Stéphane Saunier, fabien Hein & Mathieu Pinaud
Ci-dessous : Je suis en train d’interviewer Marsu de Crash Disques. Ma ganache à Canal+ et les bureaux de PIAS

Une photo publiée par @diesel_lefilm le


     Néanmoins, même si l’énergie est toujours là – et que je suis à fond. Mais, il faut savoir que les 10.000 € obtenus de la campagne de crowdfunding (bah oui – la TVA et la commission ulule ont pris le reste) ne font pas un film. J’alterne donc le montage de Diesel avec des missions de réalisateur pour des films de commande, des clips, etc… histoire de.

    Été 2016, chez Citron Bien Cinéma, on accueille Béatrice stagiaire monteuse rien que pour Diesel ! À deux on fait tomber le travail, elle a super bien bossé !  Et pour preuve, à la fin de l’été – on a le premier OURS* du film ! 
     Un ours ? c’est un film mal léché, brut, sans forme, sans musique, sans moments de vies, mais presque constituer que d’interviews, d’interviews et d’interviews….  On se fait une projection de ces 2h30 de film en construction avec l’équipe Citron Bien Cinéma. C’est essentiel pour moi d’avoir un retour. Après toute ces années – je manque de recul.  Mais, à la fin de la projection – je suis vraiment satisfait -. Le film désiré est bien là !  Les retours de l’équipe sont positifs et constructifs pour améliorer encore et encore cette version. Maintenant, il reste à ajouter ce qui rendra le film digeste – et ce qui m’intéresse aussi énormément : montrer la vie en tournée, dans le camion, en concert, en répétition
     Tout cela permet de donner du rythme au film.

 Court extrait du film ou… Future scène coupée ? 😉

     Mais, comment fait-on pour rajouter des images à 2h30 de film pour arriver à 1h30 ? Je vais devoir couper, tailler, affinerBREF. J’ai encore pas mal de travail. Pourtant j’aimerai garder les 2h30 et juste rajouter du contenu ! Alors… Et si on faisait un film de 5 heures ? Hein ? Qu’en dites-vous ? Sans doute super pour tous les fans, mais indigeste pour les curieux ! Et c’est précisément ces derniers que je veux toucher. Je veux que la scène punk-rock sorte du cercle de fin connaisseurs. Je veux que ce film touche Monsieur et Madame tout le monde – curieux de découvrir le DIY – la musique – l’industrie – un courant musical… 
Voilà où j’en suis !
     La route est encore longue, mais, on a jamais été aussi près de la fin.
Et puis, vous le savez – je carbure au Diesel ! 
     J’espère que ce message permettra de rassurer les plus inquiets – et de raviver votre flamme pour le film. Car, j’ai encore besoin de votre énergie. Vos likes – commentaires sont toujours les bienvenues sur Facebook et vous pouvez aussi promouvoir le film où vos amis peuvent pré-commander (On a toujours besoin d’aide!) le film sur la boutique
@ très vite donc,
David.